— À ne pas manquer !
— Les liens utiles
— Clan du Mois
— Nom du Clan





— Météo
Doucement, le soleil semble se coucher de plus en plus tard.Les arbres se dénudent petit à petit de leurs feuilles, et les guerriers marchent désormais sur un tapis de feuilles brunes et crissantes.Les nuits se relongent, les journées se raccourcissent. C'est une nouvelle saison dans ce monde. Une de plus, une de mois. qu'est-ce que ça change après tout.

— les rps libres

→ ajouter son rp ici.
★ titre du sujet | avec nom du chat.
— les priorités

le clan du vent & le clan de l'ombre manquent de membres, n'hésitez pas à rejoindre ces clans ! (& pensez aux postes-vacants !)
— le prochain design

si jamais vous êtes intéressé pour participer à l'élaboration du prochain design de LCB, n'hésitez pas à mpotter Le Grand Cerf Blanc ou Fantôme des Astres !


Partagez | 

Je suis ce que je suis.

avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 20/07/2018
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Je suis ce que je suis.   Mar 24 Juil - 23:15

Du plaisirs. C'est tout ce que Étoile d'Ébène veut. Ce n'est visiblement pas le cas de sa cible. Pourtant, elle devrait être enchantée de l'honneur qu'il lui fait. Cependant, la femelle n'est pas du tout de son avis. Le meneur a néanmoins pris le temps de la saisir par la nuque pour l'immobiliser, mais lorsqu'il tente de la monter, sa victime ne se laisse pas faire aussi facilement. Elle se retourne brusquement sur le dos et frappe brutalement le matou au visage avant de prendre la fuite. Furieux, Étoile d'Ébène s'élance à sa poursuite, lui ordonnant de s'arrêter et la menace.

« Reviens ici tout de suite! Arrête-toi! Tu auras beau courir, je finis toujours par avoir ce que je veux, et ce que je désire en ce moment c'est ta peau comme carpette pour décorer ma tanière! »

La femelle sait mieux que quiconque qu'elle n'a pas intérêt à ralentir la cadence. Sa vie en dépend. Certes, elle a fait preuve de courage en refusant ainsi les avances de son chef, mais à quoi bon lorsque le prix à payer pour sa liberté est la mort. C'est de la folie! De la pure stupidité. Soudain, un poids la jette sauvagement au sol. Ça y est. Un éclair sanglant l'aveugle, puis elle sombre dans les ténèbres.

[...]

Après avoir passé la matinée à pêcher seul dans la rivière où il s'est débarrassé des preuves gênantes et avoir attrapé deux énormes truites, Étoile d'Ébène rentre finalement au camp. Le sang sur sa joue a complètement coagulé, mais celui s'échappant de son coussinet avant droit, laisse une traînée sanguinolente derrière lui. Il s'est blessé sur un stupide caillou pointu. Le meneur fait mine de ne pas avoir mal, mais sa démarche boitillante démontre sa souffrance et prouve le contraire. Le pauvre décide alors de rendre une petite visite de courtoisie à son guérisseur. Bien entendu, il dépose d'abord ses prises dans sa tanière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Mer 25 Juil - 10:02

je suis ce que je suis Oraison du Corbeau avait passé la majeure partie de sa journée à ranger les plantes de sa tanière. Malgré que le matou aime contrôler chaque détail de son existence et s'assurer que les choses restent à leur place il lui arrive, plus souvent qu'on ne l'imagine, de laisser traîner ses affaires. Surtout quand il travaille, d'ailleurs, et qu'il est tellement occupé par son ouvrage qu'il en oublie ses propres principes. Alors, comme il s'est réveillé tôt ce matin et que le soleil ne s'était pas encore pleinement levé, il en a profité pour faire son ménage, dans le calme du camp encore endormi et avant que la chaleur de la journée ne le rattrape. En pleine saison des feuilles vertes, les rayons du soleils lui sont insoutenables, à cause de son pelage d'encre. Il a très vite chaud et passe le plus clair de son temps à patauger dans la rivière en attendant que les choses se passent, bercé d'un doux ennui.

La matinée vient de passer quand il sent Etoile d’Ébène, plus qu'il ne l'entend. L'astre est à son zénith, seule une légère brise lui apporte son parfum. Sans savoir pourquoi, le guérisseur du clan de la rivière se tend. Il n'a pas envie de lui parler. Pourtant, il y a beaucoup de choses qu'il voudrait lui dire. Si les deux minets ont le même âge, parfois, Oraison du Corbeau se sent plus vieux d'une centaines de lunes face au comportement de son alter-ego. Une part de prétention, sans doute. Il laisse le meneur venir à lui mais reste dos tourné quand il rentre. « Quel bon vent te mène, Etoile d'Ébène ? » Le museau dans les plantes, il doit rêver une vielle odeur de sang. Pour en avoir le coeur net, il se tourne pour  lui faire face. L'inspection est silencieuse. « Tu es blessé ? » Si c'est une question, le ton est au reproche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 20/07/2018
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Jeu 2 Aoû - 20:28

Le meneur sombre déposa ses proies dans sa tanière, et non sur le tas de gibier comme le voulait le Code du Guerrier. Son geste pouvait être expliquer par son intention d'inviter une ou deux femelles du harem dans son antre pour partager un festin et s'amuser. Mais avant, il devait s'occuper de sa patte blessée, et pour se faire, voir un guérisseur rapidement. Étoile d'Ébène ressortit de sa tanière en boitillant légèrement. La douleur était tellement omniprésente qu'il n'arrivait presque plus à mettre un minimum de poids dessus.Il claudiqua donc jusqu'à la tanière du guérisseur où il entra sans s'annoncer.

« Quel bon vent te mène, Étoile d'Ébène? »

Oraison du Corbeau était présent. Il se tenait au fond de son antre, près de sa réserve, le dos face au meneur qui s'avançait vers lui en laissant quelques gouttes écarlates sur son chemin. Étoile d'Ébène grimaça. Pas de douleur, mais de mécontentement. Comment son guérisseur, l'un de ses sujets, osait-il lui tourner le dos? À cette pensée, le guérisseur fit volte-face comme s'il avait entendu les paroles silencieuses de son chef et lui demanda sur un ton de reproche:

« Tu es blessé? »

« Ce n'est rien pour un guerrier tel que moi. Les blessures font partie de mon quotidien. Je me suis ouvert un coussinet sur une pierre coupante près du gué. »

répondit le meneur en ravalant sa souffrance et en soulevant sa patte pour la tendre au guérisseur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Mar 7 Aoû - 19:43

Il arrive au guérisseur de se demander comment ils ont pu en arriver là. Comment son meneur à pu en arriver à de telles extrêmes. Il aimerait pouvoir l'apprécier et voir le bon chez lui mais ce sont les travers qui ressortent et la haine pour ce qu'il fait de son clan. Au lieu de l'accueillir avec le respect qu'il le doit, c'est la mâchoire contractée et les crocs qui sont menaçant. Peut-être que ce qui le blesse encore plus, c'est que même en sachant qu'ils se sont connus à l'époque où ils n'était que de jeunes guerriers, même après tout ce temps, Etoile d’Ébène n'a pas foi en son propre guérisseur. N'écoute pas ses paroles et ne vient que pour se faire rafistoler, comme-ci Oraison du Corbeau n'était qu'un matou de plus à son service.
Il se demande parfois si avec plus de reconnaissance, il serait plus enclin à accepter ce qu'il se passe, s'il avait l'illusion d'agir pour le bien. Mais ce n'est pas le cas, le mensonge ne tient pas sur lui, il n'arrive pas y croire. Et si une part de lui s'en veut, une autre réclame la révolution.
Mais le minet n'est pas si remplaçable, sa tête ne doit pas encore tomber. Il n'y a toujours pas d'apprenti volontaire pour prendre sa fuite. Si la mort ne le guette pas, l'envie d'ailleurs elle, pour la première fois, bouillonne dans ses veines.
Il soupire. « La douleur est formatrice, il n'y a aucun mal à admettre ses moments de faiblesse. Cela te rend plus proche de nous, quand tu souffres comme nous. » Son ton reste respectueux, trop poli pour ce qu'il est vraiment. Mais il n'est pas totalement hypocrite. Il espère toujours le voir changer, entendre quelque chose d'encourageant sortir de sa gueule. Oraison du Corbeau lui fait maintenant dos, cherchant des toiles d'araignées dans sa réserve, prenant son temps pour faire durer l'instant trop court à ses yeux. Et pourtant, son coeur voudrait qu'il parte. « Tu chassais ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 20/07/2018
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Mar 14 Aoû - 23:43

Oraison du Corbeau soupirait. Je savais ce qui allait se passer. Comme à chaque fois, il me lancerait une de ses phrases philosophiques sans importance et il s'attendrait à une réponse tout aussi... hum... comment dire?... digne d'une cervelle de poisson!

« La douleur est formatrice, il n'y a aucun mal à admettre ses moments de faiblesse. Cela te rend plus proche de nous, quand tu souffres comme nous. »

Ça y est, c'est reparti pour un tour!

« Va faire tes beaux discours aux autres clans alors, car aussitôt que tu fléchis moindrement les épaules, BAM! Ils t'écrasent comme de vulgaires insectes. »
crachais-je, de l'écume blanchâtre dégoulinant de ma mâchoire.

Je n'arrivais pas à croire ce qu'il venait de dire. Il tentait de me convaincre qu'être faible était bon pour le Clan, alors que ce n'est pas le cas. Le Clan a besoin d'une figure forte à sa tête, un chef puissant et respecté - ce que je suis - pas d'un petit chaton braillard qui disparaît sous sa mère au moindre signe de danger.

Après avoir grossièrement examiné ma patte, le guérisseur m'abandonne un bref instant pour aller s'enfoncer dans sa réserve puante. Juste d'y penser, j'en plisse le museau sur des hauts le cœur. J'en profite pour m'essuyer les babines d'un coup de langue précis entre les crocs, puis j'entame une rapide toilette de ma collerette qui s'est déplacé sous l'effet de la colère. Quand soudain, le matou noir réapparaît, un petit paquet d'herbes dans la gueule et des toiles d'araignée enroulées autour d'une brindille ridicule.

« Tu chassais? »
demande le guérisseur, en déposant son fardeau au sol.

« Bien sûr. Tu n'espères quand même pas que je vais rester toute la journée dans ma tanière à compter des puces. Oh, à moins que tu ais besoin d'aide pour compter tes précieux brins d'herbes?
miaulais-je, sarcastiquement, en terminant sur un rire moqueur.

Comme si j'allais m'abaisser à aider un guérisseur à faire sa sale besogne.

« Alors, ça vient? Je n'ai pas que ça à faire, attendre après toi! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Ven 31 Aoû - 9:07

C'est le rôle du guérisseur de faire preuve d'altruisme, sa place. Oraison du Corbeau n'a, objectivement, pas à se mêler des choix de son chef, seulement s'ils ne conviennent pas au clan des étoiles et qu'il mettent tout le monde en danger. Pour l'instant, la guerre se fait distante et rien n'a encore frappé leur clan. La preuve, Coeur de Primevère est morte, mais c'était une guerrière du vent. Peut-être que les étoiles approuvent ses actes, peut-être qu'ils s'en fichent même. Que ce n'est pas leur problème. La colère du matou charbon ne fait qu'enfler à cette idée. N'y a t-il personne d'assez raisonné pour arrêter le meneur, ou est-ce qu'ils doivent souffrir parce que le destin est ainsi ?
Il se sent marionnette de quelque chose de beaucoup plus grand que lui, dépossédé de sa vie et de son avenir. Il n'aime pas ça, ce n'est pas comme ça qu'il voyait les choses. Oraison du Corbeau ne se voit pas en martyr, il ne veut pas mourir pour les idées de son chef. Profondément, il veut le changer. Il voudrait tellement lui faire entendre raison, renouer un lien. Mais pour cela, la seule chose à faire est de courber l'échine et ce n'est certainement pas d'avant Etoile d’Ébène qu'il le fera.

Il doit admettre néanmoins, qu'il a raison. Personne n'écoute les beaux discours, parfois la foi n'est pas suffisante. Elle qui sert à réunir et rétablir la paix, se retrouve souvent mélangée au code pour donner de bonnes raisons aux guerriers de se battre. A propos de frontières et d'honneur bafoué.

La dernière pique assassine du meneur vexe le guérisseur dans sa fierté et d'un geste très malencontreux, il appuie plus fort sur la plaie refermée de son meneur, afin que le saignement reprenne suffisamment pour être douloureux. Ce n'est pas de sa faute, s'il est bloqué dans cette tanière. Oraison du Corbeau est blessé à vie. Il n'est pas capable de se battre efficacement, il faut être honnête. Il est honnête avec lui même, il n'ira pas bêtement se sacrifier. Ce n'est pas de la lâcheté. Il est actif ailleurs, utile à autre chose. « Si tu te crois si fort alors soigne toi seul. Je n'ai pas choisi cette tâche rébarbative. Mais je le fais. Je suis utile à ma manière, je ne suis pas comme un ancien qui attend que la mort vienne. » C'est sans doute triste, mais il le pense vraiment. Il faut accepter la mort parfois.
Mettant ses idéaux à part, Oraison du Corbeau entreprend sérieusement de s'occuper de son patient. Il enroule la toile d'araignée correctement autour de la plaie ré-ouverte après avoir appliqué un cataplasme apaisant. Il ne prescrit pas d'herbes pour le chef qui n'en prendra surement pas, soucieux d'économiser son stock. « Fais attention à toi tout de même. »
Le guérisseur n'a pas envie de le mourir aussi bêtement. D'une mauvaise chute à la chasse, tombé d'une cascade. Non. Il mérite quelque chose de lent et douloureux. Il mérite de voir tout son empire réduit en cendres avant de mourir. Ses oreilles s'agitent dans l'ombre, Oraison du Corbeau relève la tête, prêt à recevoir sa prochaine remontrance.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 20/07/2018
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   Mer 19 Sep - 5:32


Je suis ce que je suis

Étoile d'Ébène & Oraison du Corbeau


Je commence sérieusement à perdre patience, et ma patience a ses limites. Tous des lunatiques ces guérisseurs! Je dévisage Oraison du Corbeau qui semble encore une fois partie loin, très loin dans sa tête, dans ses pensées ou je-ne-sais quel genre de rêveries stupides. Pourtant, je viens de lui ordonner de me soigner rapidement car je n'ai pas que cela à faire, attendre après lui. Un râle monte alors dans ma gorge. Mon sang se met à bouillir dans mes veines. Mes griffes me démangent. Je n'hésiterai pas à lui frapper la joue pour le faire revenir à lui si le besoin se fait sentir. Je prévois déjà mon assaut lorsqu'une douleur cuisante se fait sentir sur mon coussinet blessé. Je serre la mâchoire. Je grimace de douleur. Je siffle entre mes crocs, et baisse le regard. Je vois alors la patte du guérisseur fortement appuyé contre la mienne, un épais filet de sang s'échappe de la blessure. Espèce de cervelle de poisson! Je lui ai demandé de me soigner, pas de me blesser encore plus. Je sens la colère monter en moi lorsque le matou charbon ouvre la gueule:

« Si tu te crois si fort alors soigne-toi seul. Je n'ai pas choisi cette tâche rébarbative, mais je le fais. Je suis utile à ma manière, je ne suis pas comme un ancien qui attend que la mort vienne. »

Ensuite, il se remet sérieusement au travail. Il nettoie la plaie, étale un truc poisseux dessus et enroule quelques toiles d'araignée autour de ma patte avant d'ouvrir de nouveau la gueule, sans me laisser une chance de répliquer quoi que ce soit:

« Fais attention à toi tout de même. »

Cette fois, sa voix n'est plus aussi dure. Je crois même y déceler une certaine détresse. Ce pourrait-il que... non, impossible! Par le passé, nous étions de grands amis tous les deux, mais depuis mon ascension au pouvoir, tout a changé. Il a choisi de protéger les faibles, alors que moi, je règne sur tout! Absolument tout! Alors, je n'ai pas besoin de sa pitié. Il me fait rire.

« Tiens, tu t'inquiètes pour moi maintenant? Quoique, ce n'est pas surprenant venant de toi. Tu as toujours été faible. C'est pourquoi tu as dû renoncer à ton rang de guerrier pour venir te cacher dans ce trou miteux et puant avec ta honte. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Je suis ce que je suis.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Je suis ce que je suis.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes de CerfBlanc :: Les Contrées de CerfBlanc :: Clan de la Rivière :: Camp :: La Tanière du Guérisseur-
Sauter vers: