— À ne pas manquer !
— Les liens utiles
— Clan du Mois
— Nom du Clan





— Météo
Doucement, le soleil semble se coucher de plus en plus tard.Les arbres se dénudent petit à petit de leurs feuilles, et les guerriers marchent désormais sur un tapis de feuilles brunes et crissantes.Les nuits se relongent, les journées se raccourcissent. C'est une nouvelle saison dans ce monde. Une de plus, une de mois. qu'est-ce que ça change après tout.

— les rps libres

→ ajouter son rp ici.
★ titre du sujet | avec nom du chat.
— les priorités

le clan du vent & le clan de l'ombre manquent de membres, n'hésitez pas à rejoindre ces clans ! (& pensez aux postes-vacants !)
— le prochain design

si jamais vous êtes intéressé pour participer à l'élaboration du prochain design de LCB, n'hésitez pas à mpotter Le Grand Cerf Blanc ou Fantôme des Astres !


Partagez | 

another half-moon

avatar
As de Trèfle
mad spirit for a funny life
Messages : 100
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: another half-moon   Dim 22 Juil - 18:55

as de trèfle x fantôme des astres x les guérisseurs.

L
a demi-lune brillait haut dans le ciel ce soir-là. Les guérisseurs de chaque Clan savaient parfaitement ce que cela signifiait: cette moitié d'astre correspondait pour eux à l'appel du Clan des Étoiles. As de Trèfle répondait à cet appel depuis dix-huit lunes exactement.
Mais cette fois-ci était différente. Tout comme la fois d'avant. Il s'agissait de son deuxième voyage en l'absence de Feuille de Châtaigne, qui d'ordinaire l'accompagnait toujours. La présence de la chatte tricolore lui manquait cruellement, bien qu'il le dissimulait comme il pouvait à ses camarades. Pour eux, il avait toujours été ce chat ronchon et solitaire: qui pouvait se douter qu'il vivait si mal la disparition de son mentor ?
La lune dernière, son frère avait insisté pour l'accompagner. Les tensions entre les Clans étaient déjà palpables à ce moment-là. As de Trèfle lui en était particulièrement reconnaissant: marcher seul jusqu'aux Hautes Pierres pour la première fois aurait été difficile. Son cher frère. Il prenait si soin de lui... Mais cette fois, il était de patrouille nocturne. Et à présent qu'un meurtrier rôdait parmi les Clans, les meneurs ne voulaient plus que leur guérisseur sorte seul. As de Trèfle avait râlé: il n'aimait pas la compagnie, il préférait mille fois y aller seul plutôt qu'avoir l'un des guerriers insupportables de son Clan collé à ses pattes. Fort heureusement pour lui, Fantôme des Astres s'était porté volontaire pour l'accompagner. C'était l'un des rares chats que le guérisseur pouvait supporter.
Le guerrier au pelage pâle attendait déjà près de l'entrée du camp. As de Trèfle le rejoignit rapidement, les épaules voutées comme à son habitude. La façon dont il se tenait ainsi que son pelage ébouriffé lui donnaient souvent bien plus que son âge.
Il salua le guerrier d'un signe de tête, le visage fermé comme à son habitude, mais ses oreilles droites témoignaient de l'absence de sa mauvaise humeur -pour une fois. Le mâle tigré doubla Fantôme des Astres sans attendre.
— Salut, garde du corps.
Son ton laissait clairement entendre une pointe d'ironie. Si As de Trèfle était un minimum reconnaissant au guerrier pour sa proposition, les démonstrations d'affection n'étaient pas vraiment sa tasse de thé.

☽☽☽

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 18/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Lun 23 Juil - 0:21

E
n levant les yeux vers le ciel, Fantôme des Astres savait ce que la demi-lune signifiait. Elle brillait au-dessus de lui et projeter sa lumière sur tout CerfBlanc. Accompagnée des petites étoiles telle les femelles du harem d’Étoile d’Ébène, elle luisait bien haut, plus que d’habitude, à son humble avis ; mais Fantôme des Astres avait mieux à faire ce soir que chasser ou rêvasser. Ce soir, il accompagnait son ami d’enfance, As de Trèfle, à la Pierre de Lune, avec les autres guérisseurs.
Le chat blanc était curieux de les rencontrer réellement - bien qu’ils les a vus de nombreuses fois aux Quatre Chênes, mais de loin seulement. Il attendait à l’entrée du camp, les épaules voutées. Il était rare de le voir le torse bombé, il n’avait pas la fierté de son frère. Non, il était même totalement différent de lui. Mais avant qu’il ne divague trop dans ses pensées, son regard bleuâtre croisa les pupilles du matou, aussi vertes que la forêt du territoire en pleine saison des feuilles vertes. Après une signe de tête, il sentit dans son attitude que le soigneur n’était pas de mauvaise humeur. Peut-être était-ce grâce à lui, qui s’était proposé si gentiment en comprenant qu’il serait bien la seule personne qu’il laisserait l’accompagner, après son frère. Cela faisait deux lunes que Feuille de Châtaigne avait été tuée par un monstre et Fantôme des Astres se demandait comment As de Trèfle se portait, dans sa tête.

Celui-ci le salua de manière ironique et son ami le reprit aussitôt. « — Salut, celui-qui-a-besoin-de-quelqu’un-pour-aller-à-la-Pierre-de-Lune. Pardon, ça fait un peu long, dit-il en rigolant. Bon, on y va ? » dit-il en dépassant son camarade, après qu’il ait lui-même fait pareil.
Ils traversèrent la forêt au pas de course et ce, sans encombre. Fantôme des Astres se repérait très facilement dans la nuit, maintenant qu’il en avait l’habitude - une habitude qui dure depuis de nombreuses saisons désormais. Arrivés non loin du sentier qui mène aux Quatre Chênes, le félin blanc ralentit la cadence et se glissa à côté de son ami. « — Tu crois qu’on croisera le guérisseur du Clan de la Rivière et qu’on fera la route avec lui ? » demanda-t-il, avec une pointe de curiosité dans le regard. Depuis quelques lunes déjà, Fantôme des Astres l’admirait près des Quatre Chênes, chaque lune, mais il ne l’avait jamais croisé près de la frontière qui sépare le Clan de la Rivière du Clan du Tonnerre. Il espérait silencieusement croiser le chemin du matou pour avoir la chance de lui parler.

☽☽☽

 
fantôme des astres  
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Lun 23 Juil - 11:52

another half-moon Sa soeur lui tourne le dos, le regard plein de reproche, quand le chat la somme de partir. Oraison du Corbeau hausse les épaules, vexé mais silencieux. Il va être en retard, la lune est déjà haute dans le ciel, elle inonde la clairière. Il suivra le chemin que tracent les étoiles, toutes allumées ce soir. Il fait beau, aucun nuage ne recouvre leur éclat. C'est un grand ciel bleu qui accompagné leur journée, c'est une couverture d'encre qui se referme sur eux ce soir. Mais lui a d'autres choses à faire que de dormir. Il doit rejoindre les autres guérisseurs.
Ce n'est pas quelque chose qui a l'air d'intéresser le meneur de son clan de toute manière. Il espère que rien ne se passera pendant son absence, dans le cas où on viendrait lui reprocher d'être allé accomplir son devoir. Qu'ils crèvent donc, s'ils sont malade. Ils n'ont qu'à prier.
Il a refusé qu'elle l'accompagne, ce n'est pas à elle de le faire. Sa soeur est une guerrière, elle doit se reposer. Elle plus que tout, doit prouver à son clan sa valeur, si elle ne veut pas finir dans le harem. Mais Lys ne voulait pas le laisser y aller seul, à cause du meurtrier de Coeur de Primevère. Lui, a déjà fait la route en solitaire, il la connaît. Le guérisseur est boiteux certes, mais pas aveugle. Il peut encore faire le chemin sans avoir besoin d'une cinquième roue. Il peut se débrouiller, il va se débrouiller. Il n'a besoin de l'aide de personne et s'ils agissent tous comme-ci ils n'avaient pas besoin de lui, il sait qui a tort et qui a raison.

Le matou noir s'évade son camp à toute vitesse. C'est à dire, au rythme d'un chat en pleine forme qui marche rapidement dans la forêt. C'est pour lui le même effort que courir. Il s'élance, claudiquant, dans la forêt. Leur territoire ne possède pas réellement de pinède comme sur celui du Tonnerre. Il s'abrite dans les buissons et fait fuir un hérisson sur son passage. Il s'est constitué une petite route à lui tout seul, sensée le mener jusqu'à sa destination. Il se protège en se cachant derrière des troncs, face à vent, afin de savoir ce qui lui arrive dessus et d'être protégé.
Heureusement, encore une fois il ne rencontre aucun obstacle sur son passage. Personne ne vient l'embêter. Il évite tout de même la patrouille du Tonnerre quand il s'approche de la frontière. Ralentit seulement quand le parfum d'As de Trèfle parvient à ses narines, arrivé alors aux Quatre-Chênes. Il est essoufflé mais ne le montre pas, ne e retourne pas d'abord, juste un regard par dessus son épaule. Il a seulement fait la moitié du chemin et le souffle lui manque déjà. Sa mâchoire se tord de travers en les voyant arriver. Mais il ne crie pas, attend que le chat soit à sa hauteur et regard en coin son accompagnateur. « Ils t'ont à la bonne, tu as même droit à une escorte. » Son ton est cinglant, plein de reproche envers le guerrier qu'il ne connaît pas. Il l'a aperçu à une assemblée, peut-être. Enfin, des chats blancs on en croise de temps en temps. Peut-être cherche t-il à l'effrayer, un peu. Il aime se donner la réputation d'être l'un des guérisseurs le plus mal luné de la forêt. Sa queue bat dans le vent avec violence et il balance une pichenette sur le nez de son collègue. « Tu vas bien toi ? » La question est plus personnelle. Avant d'avoir un collègue, c'était une collègue. Une chatte dont il n'a jamais connu grand chose, mais qu'il trouvait admirable. Depuis sa disparation, il y a un voile dans le regard de son ami. Ora n'aime pas ça. « C'est un bizut où t'as trouvé quelqu'un d'assez fou pour t'accompagner. ? T'inquiète pas petit je suis pas cannibale, mais j'ai rien mangé depuis presque deux jours alors, fais attention quand même. » Pour termine, il montre ses crocs, à moitié mort de rire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
As de Trèfle
mad spirit for a funny life
Messages : 100
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Mar 24 Juil - 22:49

F
antôme des Astres lui répondit sur le même ton ironique et le doubla. As de Trèfle soupira; comment se permettait-il de prendre la tête du duo ? Il n'était là qu'en accompagnateur, le guérisseur connaissait le chemin bien mieux que lui.
— Je n'ai besoin de personne, râla le mâle tigré. Tu sais très bien que je préfèrerai faire le chemin seul.
Lucky peina à rattraper le jeune guerrier durant leur progression; lui était bien moins vif et son épaisse fourrure s'accrochait aux ronces dans sa précipitation. Alors qu'il pestait pour la énième fois, Fantôme des Astres ralentit enfin et lui posa une drôle de question. Le félin au poil ébouriffé fronça un sourcil; depuis quand son ami s'intéressait-il aux autres guérisseurs ? Mais il savait le chat blanc curieux alors, au fond, cela ne l'étonnait qu'à moitié.
— Ouais, c'est prévu. On fait souvent ça.
Les Quatre Chênes étaient en vue lorsqu'une odeur familière, de plantes et de poissons, chatouilla les narines d'As de Trèfle. Il s'assit, les oreilles dressées. Le pelage noir d'Oraison du Corbeau se fondait dans l'obscurité, si bien que le guérisseur du Tonnerre repéra d'abord ses pupilles bleues pâles, qui brillaient doucement dans le noir. Le mâle adverse sembla aussitôt hostile en voyant Fantôme des Astres. Le mot escorte devint presque une insulte de sa bouche, tant il était craché avec méfiance.
— Mouais, enfin, je leur ai rien demandé. Mais c'est le plus supportable de ces cervelles de souris alors ça va.
De la bouche d'As de Trèfle, le plus supportable était un véritable compliment.
Le guérisseur de la Rivière considéra "l'escorte" avec un certain mépris apparent avant de lancer une pichenette sur le museau blanc de Lucky tout en lui demandant des nouvelles. Au-delà de cette question banale se cachait quelque chose de plus personnel, le mâle tigré le savait. Oraison du Corbeau ne parlait pas de la pluie et du beau temps, mais sans aucun doute de Feuille de Châtaigne.
— Ouais, ça va.
Une réponse courte et ô combien insatisfaisante. Mais pourtant bien réelle. As de Trèfle avait aussitôt su s'imposer en tant qu'unique guérisseur au sein de son Clan. C'était comme si se retrouver seul dans la tanière des guérisseurs du jour au lendemain ne l'avait pas perturbé. Il était doué de ses pattes, certes peu engageant ni amical mais professionnel, et c'était cela qui importait. Il considérait que son rôle n'était pas de faire la causette aux malades, mais de les soigner. Ça s'arrêtait là.
Sur le plan psychologique... C'était autre chose. Oui, Feuille de Châtaigne lui manquait. Mais pas en tant que mentor: il se débrouillait très bien sans elle, cela le soulageait même de ne plus l'avoir derrière lui. Mais elle lui manquait d'une toute autre façon. D'une façon qui n'avait rien de professionnelle, ni même d'amicale. Une façon qui n'aurait jamais du exister.
Mais la vie suivait son cours, le mâle brun n'était pas du genre à rester dans le passé. As de Trèfle était sincère. Oui, il allait bien. Ou du moins, à peu près.

Le regard d'Ora, toujours rivé à celui de Fantôme des Astres, l'aurait presque fait rire. À croire qu'il attendait la moindre occasion pour lui sauter dessus et le bouffer. C'était l'impression que voulait se donner le guérisseur, au vu de son sourire carnassier et de ses paroles peu rassurantes envers le jeune guerrier, que la mauvaise blague ne sembla pas faire rire tout de suite.
— Méfie-toi quand même, il paraît que des guerriers du Clan de la Rivière disparaissent mystérieusement quand Ora n'a pas son dîner du soir, fit Lucky à Fantôme des Astres d'un air des plus sérieux, se laissant prendre au jeu.

☽☽☽

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 18/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Mar 7 Aoû - 14:33

A
vant de partir, Fantôme des Astres avait lancé une petite pique amusante à l’égard de ce qu’on appelle un véritable ami. Pourtant, le guérisseur n’avait pas l’air aussi heureux d’aller à la Pierre de Lune. Il fallait dire que la seule fois où le jeune chat blanc s’y était rendu, il n’était qu’un vulgaire apprenti et il s’y était rendu parce qu’il le devait. À l’époque, c’était même Feuille de Châtaigne qui lui avait donné les plantes nécessaires au voyage. Mais tandis que le guerrier blanc se perdait dans ses pensées, il avait remarqué avoir prit un peu trop d’avance par rapport à son camarade et avait finalement ralenti.
Évidemment qu’ils allaient croiser les autres guérisseurs. Oraison du Corbeau aux Quatre Chênes. Puis les deux autres directement aux Hautes Pierres, puisque leurs chemins ne se croisaient pas. Fantôme des Astres imaginait bien Oeil du Firmament les attendre au Chemin du Tonnerre, afin de le traverser avec tout le monde. Puis le guérisseur de l’Ombre, Montagne aux Lucioles, attendrait sûrement à l’entrée de la grotte. Cela semblait même évidemment.

Fantôme des Astres se tait ensuite jusqu’aux Quatre Chênes, à la fois excité et d’une certaine façon, stressé. Il n’avait jamais escorté As de Trèfle et encore moins un quelconque guérisseur, si bien qu’il ne savait pas à quoi s’attendre ; il avait même laissé le matou tricolore passer devant lui, comme s’il souhaitait se cacher derrière lui. En respirant l’air, il perçut rapidement le parfum de poissons mélangé à celui des plantes. Une effluve plutôt enivrante que le chasseur d’écureuils appréciaient beaucoup. Deux petites billes bleues se dessinèrent, suivie d’un corps noir, doté d’une patte claudicante. Le ton de ce félin est cinglant, impressionnant et surtout, pleine de reproches ; le mâle immaculé n’avait pourtant rien dit ni rien fait. Mais il le voyait enfin. Ce guérisseur de la Rivière, si majestueux au pied des Quatre Chênes aux Assemblées dans lesquels Fantôme des Astres reste loin. Chaque lune, ou presque, à le voir assis, là-bas. Puis il se met à ignorer Fantôme des Astres pour se préoccuper d’As de Trèfle.
Il sent bien que sa demande n’est pas banale, mais le félin nocturne n’ose pas ne serait-ce que lâcher un petit murmure. Il se tait, guette, regarde attentivement la scène qui se déroule sous les yeux, jusqu’à ce qu’il redevienne le centre de l’attention. Le corbeau dévoile alors ses crocs et tente de l’effrayer gentiment, un demi-sourire horrifique accroché aux lèvres. Ravalant sa salive, le mâle aux yeux bleus cherche alors du réconfort dans les yeux du guérisseur du Tonnerre, mais celui-ci semble même affirmer les dires du mâle ébène, d’un air un peu trop sérieux.

Et tandis que son palpitant bat la chamade jusque dans ses tempes, le gamin pose ses yeux effrayés tour à tour sur les deux guérisseurs. Une vision d’horreur le prend soudain. Du sang, de la pluie, et de l’obscurité. La vision de cet horrible jour de guerre, des visages enragés et des regards enflammés. Fantôme des Astres suffoque, sa respiration ne fait qu’empirer puis il ferme les yeux. Aussitôt, au lieu de partir, la vision de se fait plus précise, et voilà qu’il décide d’ouvrir ses paupières.
Tout a disparu. Il n’y a plus que les deux guérisseurs tentant de le faire croire qu’Oraison du Corbeau est un mangeur de chats. Il sait pourtant que ce n’est pas vrai, mais la frayeur s’empare tout de même de lui et ses paroles mal assurées sortent dans un fléau incontrôlable, accompagnée des tremblements incessants du corps du guerrier albinos. « — Ouais, ouais, c’est ça. Vous m’avez bien eu, hein ? C’est marrant ça, d’essayer de faire peur à un guerrier ? Ça vous amuse bien ? Je vous savais pas si blagueurs, vous deux … Surtout toi, As de Trèfle. Tu passes ton temps à râler, tu ris jamais, mais quand il s’agit de me faire une mauvaise blague, ça y est, tu suis. Et puis toi, Or.. du … du Corbeau ! Tu me connais même pas ! Et .. Ah ! Ne recommencez pas, ne me refaites jamais ça d’accord ! Oh bordel, j’vais encore pas dormir demain aprem, vous faites chier ! Tu sais à quel point je dors mal en plus, t’sais qu’jai toujours une gueule de déterré parce que je dors pas assez, parce que j’y arrive pas. Si tu comptais ne pas me faire dormir du tout, eh bah c’est réussi. Merde ! » Et en guise de fin, Fantôme des Astres se met à tourner en rond dans la clairière, il cherche quelque chose pour occuper son esprit, pour enlever toutes ces images de son esprit et il les voit, qui bouge pas. « — Merde, bougez-vous là ! Vous allez pas continuer à vous moquer de moi comme ça ? Allez, on y va ! Go, on bouge, là ! Faut qu’on bouge … Putain … Faut que ça sorte de ma tête … »

☽☽☽

 
fantôme des astres  
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Mar 7 Aoû - 15:14

Le guérisseur n'est pas moqueur, son cynisme est un moyen de défense. Son ego n'est pas flatté par son venin, il est comme une couleuvre nichée sous son rocher, attaquant ceux qui s'en approche sans faire attention où ils mettent leurs pattes. Il érige des barrières entre lui et les autres pour éviter autant les blessures que l'attachement, solitaire à l’extrême son coeur est aussi froid que le torrent et aussi enragé. Seul les chats sachant nager peuvent le supporter, pour cette raison il a sa place dans son clan, auprès des anguilles et des grandes dents.
Il  sait qu'il sera amené à voir des amis mourir sans qu'il ne puisse rien y faire ; il n'est pas magicien, seulement capable de guérir par le biais des plantes, il ne fait que choisir et prier les étoiles que le mal n'empire. Il en voit mourir après chaque guerre, rentrer le ventre tâché de sang. Pour garder son efficacité, il évite de se lier de trop prêt à quelqu'un qui pourrait lui manquer et lui briser le coeur ; sa soeur lui a déjà brisé la pattes, parce qu'il ne sait pas vivre et laisser mourir. Les Quatres Chênes gardent encore les traces de la bataille, à certains endroits les troncs échoués sur la terre sablonneuse, des griffures qui entaillent l'écorce. Des feuillages déplumés comme un oiseau tombé du ciel. Mais il n'a pas de temps à perdre pour la peine, les larmes et la pitié ; l'ancien guerrier n'est émotionnel que pour certaines choses. Fût un temps, il aurait aimé prendre leur place et défendre son clan, comme-ci cela comptait réellement de mourir pour ce que l'on croit juste. Mais ce n'est plus le cas, sa loyauté est morte en même temps que ses espoirs d'être un jour un champion. Le jour où sa patte ne s'est pas redressée et où on lui a annoncé que de toute manière, il ne pourrait plus jamais courir comme les autres.
C'était violent, c'était cruel, mais il s'en est remit. Et avec le recul, les lunes passées, il a commencé à chérir sa petite vie tranquille, devenant presque médisant de ceux qui font couler le sang. Il renifle méchamment et fixe le guerrier du tonnerre avec curiosité, se perdant un moment dans ses yeux. Il n'y lit rien de particulier jusqu'à ce qu'un éclat particulier les traverse. Il se passe ainsi une longue minute pendant laquelle son silence en devient inquiétant et sa gueule est muée dans une expression sourde. Si ce soir il semble proche, s'ils pourraient presque être des frères sous la lueur de la demi-lune, il sait que demain ses griffes seront prêtes à trancher sa gorge s'il faisait l'erreur de franchir la frontière ; pourtant une once de compassion le prend au coeur, une part de lui qui se met à penser qu'il n'est pas comme les autres.
Mais le corbeau n'a pas de pitié. Il lève les yeux au ciel et juge ses paroles devenues soudainement agressive. Il ne sait quelle mouche l'a piqué, mais il n'aime pas la manière dont on lui rappelle. « Dois-je te rappeler à qui tu t'adresses, guerrier ? Mon nom est Oraison du Corbeau, tâche de t'en souvenir cette fois, je ne vais gaspiller ma salive pour toi. » Puis, plus calme, il adresse un coup de queue sur le museau de Lucky. « Tiens donc les chiens fous de ton clan mon ami. On vous nourrit avec du bipède là-bas ? »
A l'écoute des désirs du chat du tonnerre et pressé de quitter sa compagnie, le guérisseur de la rivière s'avance, prenant d'abord la tête du cortège, bientôt relégué au rang de dernier à cause de sa patte qui le ralentit. Faut que ça sorte de ma tête. Oraison du Corbeau est curieux de savoir de quoi exactement l'autre matou parle, mais il n'a pas l'occasion de s'approcher assez près d'As de Trèfle pour rechercher l'information. Il ne veut pas parler dans le dos du pauvre guerrier, mais n'a pas envie d'aborder un nouveau sujet qui lui ferait péter un câble.
Il ne lui en tient pas cas non plus, ce n'est pas agréable d'être décrédibilisé ou prit pour un chaton ; il respecte étrangement l'absence d'humour, conscient que le sien n'a rien de drôle. Ce n'est pas son but. Il fait le reste du chemin silencieusement, accordant de temps à autre une œillade inquiète à Fantôme des Astres. Inconsciemment, il se rapproche de lui pour s'assurer que la voyage se passe bien. Il sent que quelque chose ne va pas totalement, comme il sent les états d'âmes d'As de Trèfle.
Mais il se tait.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
As de Trèfle
mad spirit for a funny life
Messages : 100
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Jeu 16 Aoû - 15:06

L
es yeux hagards de Fanta semblèrent chercher du réconfort dans ceux d'As de Trèfle. Les deux guérisseurs s'amusèrent en silence de la naïveté du jeune guerrier, jusqu'à ce que ce dernier... pète un plomb.
Littéralement.
Le corps tremblant, le mâle albinos ferma les yeux avant de les rouvrir, s'emportant contre les soigneurs d'une voix mal assurée, et pourtant fulminante. As de Trèfle plaqua ses oreilles sur son crâne, surpris par la colère soudaine de son ami. Alors que ce dernier se mettait à tourner frénétiquement en rond, comme pour évacuer son angoisse, Oraison du Corbeau et lui demeurèrent immobile. Seul le reniflement du mâle noir brisa leur silence puis, après quelques secondes qui semblèrent éternité, sa voix fut aussi grondante le torrent. Lorsqu'il se tourna vers Lucky, il était néanmoins plus calme et lui lança une pique amicale. Le chat tigré restait pourtant interdit, son regard posé sur le guerrier du Tonnerre trahissant son étonnement et son anxiété. Le mouvement de son camarade au pelage noir le tira de ses pensées: Ora s'était mis en route, se pliant à la volonté du Fantôme. Silencieux, As de Trèfle les suivit. Il doubla son comparse guérisseur en inclinant brièvement la tête, comme pour s'excuser de ne pouvoir faire le trajet avec lui comme il le faisait ordinairement. Il ne tarda pas à rattraper Fantôme des Astres, qui à son pas rapide semblait vouloir mettre le plus de distance possible entre lui et Oraison du Corbeau. Le matou au pelage brun ébouriffé se plaça à côté du guerrier et posa délicatement sa queue sur ses épaules sans cesser d'avancer.
— Eh. Comment tu te sens ?
Pas de l'empathie. Juste de l'inquiétude. Lucky savait son ami sensible et facilement angoissé, mais sa réaction démesurée face à ce qui n'était rien de plus qu'une mauvaise blague de deux guérisseurs à l'humour douteux, avait de quoi le faire se questionner. Même si Fanta n'avait aucune raison de livrer ses états d'âme avec la présence d'un inconnu derrière eux, As de Trèfle se promis de lui tirer les vers de la truffe une fois de retour au camp le lendemain matin.

☽☽☽

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 18/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Ven 17 Aoû - 20:36

Ç
a filait, ça tournait dans sa tête, ça lui revenait en flash, puis parfois, les visions étaient plus longues, cauchemardesques. Il préférait être seul dans ce genre de moment où son cerveau semblait ne plus être le Moi, mais plutôt le Ça. Oui, c’était ce qu’il devenait. La simple bête imbécile que sont les chats domestiques, entre autre. Y’a rien de pire pour le détruire à petit feu et il ne fait que garder ce genre de crises pour lui. Il a tout vu, trop vu. Il en peut plus, de la guerre, des clans, des règles. Il veut être libre. Mais à quel prix ?
Il fuit le guérisseur mangeur de chats. Il le fuit parce que les images, elles restent encore un peu en mémoire, parce qu’il l’intrigue, le dépasse. C’est un infirme qui crache ses paroles après que Fantôme des Astres soit devenu totalement fou. Et si ça devenait pire avec le temps ? Et si son corps ne supportait plus tout ça, se mettait à le plonger dans de profonds sommeils, afin de rattraper ses heures perdues ? Il fallait qu’il le dise, qu’il en parle. Et il n’y avait pas mieux placé qu’As de Trèfle. Mais pas ici. Pas devant lui.
Oraison du Corbeau —  maintenant que l’albinos a retenu son nom — pars devant. Mais Fantôme des Astres n’a aucun mal à le rattraper. Il faut dire que le mâle noir est gêné avec cette patte inutile qui le ralentit. Le matou blanc espère de tout coeur que le toute cette mascarade sera rapidement oubliée. Mais As de Trèfle accourt, il se colle à lui, lui demande comment il se sent. Le Fantôme, il savait clairement pas quoi répondre. Qu’est-ce que vous voulez qu’il lui dise ? Il peut pas … Il peut rien dire ce soir. Mais il se le promet, il se confiera. Mais pas là, pas ce soir, pas maintenant. « — Je t’en parlerai plus tard. » c’est à la fois sec et doux, ça sonne comme une promesse sur ses lèvres et le Cerf Blanc sait combien il tient parole. Tout le monde le sait. Alors il espère que ça suffirait à son camarade de clan pour ce soir.

Puis le matou, qui était peut-être partit un peu vite, se retourne et se rend compte qu’il commence à semer le guérisseur du Clan de la Rivière. Il se détache donc du chanceux mâle pour se placer à côté de l’infirme, la tête basse, muet comme une carpe et marchant à sa cadence. C’était une manière pour Fantôme des Astres d’excuser son comportement excessif. Se mettre à la cadence de quelqu’un était rare pour lui. Il faisait généralement cavalier seul, ça avait toujours été comme ça pour lui. Mais on aurait dit ce soit qu’un élan de bonté venu du Griffon lui avait été transmit.
Les trois félins continuèrent leur chemin, quittant ensemble les Quatre Chênes pour filer vers le Clan du Vent jusqu’au Chemin du Tonnerre où le guérisseur du Vent devait les y attendre. Lorsqu’ils y parvinrent, Oeil du Firmament se trouvait là en effet. Il les salua et fort heureusement, ne fit aucune mauvaise blague qui aurait pu effrayer à nouveau le guerrier fou. Ils traversèrent sans encombre le Chemin rugueux et se dépêchèrent en remarquant que le demi-lune serait bientôt tout en haut dans le ciel. Il ne restait plus qu’à attendre Montagne aux Lucioles, le guérisseur du Clan de l’Ombre, qui débarquerait certainement sous peu. Et après ça, ce sera direction la Pierre de Lune, où Fantôme des Astres devra attendre devant l’entrée de la Grotte de la Vie a son plus grand désarroi.


☽☽☽

 
fantôme des astres  
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Montagne aux Lucioles
describe love chicken nuggets
Messages : 21
Date d'inscription : 04/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Sam 25 Aoû - 2:26


Serendipity ; let me love you
L
ongue nuit qui s'annonce, douceur du crépuscule qui vient se poser sur son pelage, tranquillité envoûtante. Son esprit était si apaisé, comme si l'univers avait décidé de tourner dans le bon sens, comme si les astres s'étaient faîtes passer le mot, comme si plus rien ne l'attendait. Cet d'état était une bénédiction, et sûrement un résultat de son estomac  vide et pourtant bourré d'un cataplasme qui tarissait cette faim ? Qui sait. Dans tout les cas plus rien ne le retenait de sourire, plus entraves; il quittait ses terres. Une douce brise s'engouffrait dans son pelage bicolore, rafraîchissant son corps encore un peu engourdit. Tout était parfait.
Montagne aux Lucioles prenait un peu son temps, et il savait bien que rapidement il entendrait les complaintes de ses comparses guérisseurs, mais il n'en avait que faire, il voulait prendre le temps; savourer.

Ses iris se posaient doucement sur chaque petits détails propices à le distraire. Une goutte d'eau qui chute de l'écornure d'une roche, un frémissement de feuilles dans les arbres, un envol précipité d'un oiseau nocturne. Tout ça .. tout ça il le sentait au plus profond de son cœur. Âme ouverte qui aspire toute l'énergie et les murmures de la nature, Luce ne se privait sûrement pas. De nos jours les félins ne pensaient qu'à la guerre et aux conflits, au pouvoir et à l'héritage, plus personne ne fait attention aux dessins des nuages dans le ciel, plus personne ne fait attention au reflet des étoiles sur les rivières, plus personne ne fait attention à lui.  

Perdu dans ses rêveries, à l'écart. Bien qu'il aimerait disparaître parfois, parvenir à l'oublier et arrêter d'avoir des regrets et des questions à son sujet. Trop complexe, son coeur n'y parvenait pas, alors il préférait se mentir, se distraire à un tel point que plus jamais il ne ferait marche arrière sur cette tranchante réalité.
Et ce soir était une occasion en or.

Montagne aux Lucioles fini par arriver au point de rendez vous, sortant d'une ombre familière, la lueur de ses prunelles devint plus fine alors qu'un tendre sourire s'inscrit sur ses lèvres.

    — Messieurs, bonsoir.


Tiens ? Fantôme des Astres accompagnait As de Trèfle et Oraison du Corbeau ? Le faisait-il depuis toujours et venait il d'oublier ? C'était une possibilité, alors le guérisseur n'en fit rien, se contentant de sourire d'avantage.

    — Comment allez vous ?
Ses moustaches vibrent un instant, alors que les félins se mirent en route. Il ne fallait pas perdre d'avantage de temps, il ne fallait pas bailler aux corneilles. Ce n'était pas la nuit propice - et pourtant Luce, lui, a bien prit son temps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oraison du Corbeau
he's what you wantI'm what you need
Messages : 37
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Ven 31 Aoû - 9:50

Le guérisseur de la rivière sait pertinemment combien il peut être dur envers des guerriers qui n'ont pas mérité son antipathie. Malheureusement, telle est sa nature. Il ne fait qu'être fidèle à lui même ainsi que ses idées. Il a commencé à développer cette rage à cause de ceux très irrespectueux qui peuple son clan. Il s'est tant habitué au mépris, qu'il est maintenant persuadé que où qu'il aille, on finira par le critiquer. Pas parce qu'il fait mal son travail, c'est un argument trop recevable. Non. Simplement qui il est, pour ce que la vie a fait de lui. Un boiteux incapable de se battre, condamné à subir des remontrances qui ne lui sont pas destinées. Il ne peut que maudire les étoiles qu'il aime tant et prier pour qu'un jour la roue tourne. Que, par exemple, son meneur finisse par se tuer de sa propre stupidité.
Il lorgne toujours de loin le guerrier du tonnerre, se sentant maintenant coupable de bien avoir pourri l'ambiance. Les excuses seront pur plus tard, une fois arrivé, ou, par exemple au retour, étape qui lui réussi souvent mieux ; au cas où on voudrait l'adopte dans son clan il veut faire bonne figure. Pour l'heure, il apprécie la présence du guérisseur de l'ombre qui tombe à pic. Montagne aux Lucioles est appréciable. Calme, c'est le premier mot qui vient à l'esprit d'Oraison du Corbeau quand il songe à son collègue de l'ombre. Calme et lent, mais il n'en tient pas rigueur ce soir. Il n'en tient jamais rigueur, le moins de temps il passe au sein de son clan, le mieux il se porte. D'une manière générale, il apprécie ses collègues, plus que ses propres camarades. Ils sont digne, eux. Il se sent triste de ne pas avoir de compagnon à ses cotés, d'un apprenti qui pourrait par exemple, rendre ses journées moins longues et faire de lui un être moins. Blasé. Hargneux. Comme un ancien qui n'a pas eu son repas. Mais ce n'est pas avec Etoile d’Ebène que l'on va encourager un jeune à prendre la voix de l'abstinence et du don de soi.  Il salue le nouveau venu dans un hochement de tête. « Je te retourne la question, comment vas-tu ? »   Il évite d'avoir à répondre.
Il n'est pas certains d'aller bien, mais il ne se sent pas mal. Il ne ressent rien de particulier, honnêtement. Enfin, si, de la culpabilité. Qui le ronge curieusement, autant qu'elle l'énerve. Sa queue bas contre la terre sèche et soulève une volute de poussière. Il échappe à la conversation en prenant la tête du convoi.

Il attend un moment que la troupe reprenne son chemin à un rythme régulier pour se glisser à coté de Fantôme des Astres et fixer droit dans les yeux le guerrier alors qu'il décide de s'excuser. Des yeux bleus. Sur le moment, ça le frappe. « Je m'excuse pour tout à l'heure, je suis sur les nerfs. Ce n'est pas contre toi, ça aurait été pire si ça avait été quelqu'un d'autre. Je ne te trouve pas détestable. » C'était presque un "je t'apprécie", qui sonne comme un "tu ne m'importunes pas", mais pour quelqu'un qui connaît le guérisseur, la valeur d'un aveu ne se calcule pas.
Il n'en fait presque jamais.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
As de Trèfle
mad spirit for a funny life
Messages : 100
Date d'inscription : 20/07/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Ven 31 Aoû - 16:45

P
lus tard. Il lui en parlerait plus tard. As de Trèfle hocha brièvement la tête et garda le silence; lorsque quelque chose tracassait Fantôme des Astres, le guérisseur savait qu'il venait tôt ou tard lui en parler.
Le mâle brun ralentit la cadence en même temps que l'albinos et le duo du Tonnerre laissa le guérisseur de la Rivière les rattraper. Le guerrier s'appliqua à marcher à la hauteur d'Oraison du Corbeau, tête basse, ce qui étonna le matou brun au pelage en bataille. Une façon de s'excuser ? Peu importe. Il prit la tête du convoi, guidant ses camarades sur ce chemin qu'il connaissait par cœur, les yeux fermés presque. En parlant de cécité, la silhouette pâle d'Œil du Firmament se découpait à travers la lande; le guérisseur les rejoignit en entendant le bruit de leurs pas. As de Trèfle le salua d'un murmure et reprit son chemin, s'appliquant cette fois à ralentir le rythme. Avec un infirme et un aveugle, mieux valait éviter de foncer.
Une fois le chemin du Tonnerre en vue, le petit groupe de chats s'immobilisa et patienta de longues minutes, jusqu'à ce que les fourrés de l'autre côté de la bande d'asphalte se mettent à remuer. Le dernier guérisseur les rejoignit, le sourire aux lèvres. As de Trèfle le salua d'un signe de tête.
— Tout va bien. Mais nous ne devrions pas trop tarder.
Tout va bien. Plus ou moins. As de Trèfle se leva; il appréciait beaucoup Montagne aux Lucioles, mais ils n'étaient pas assez en avance pour pouvoir se permettre de bavasser. Oraison du Corbeau le doubla et prit la tête du convoi. Lucky le suivit, restant près du guérisseur de l'Ombre, savourant son calme et la possibilité d'échapper un court instant à la tension qui enveloppait le petit groupe.
Les deux guérisseurs se retrouvèrent bientôt devant; Oraison du Corbeau s'était éclipsé et glissé aux côtés de Fantôme des Astres. As de Trèfle tendit l'oreille: le mâle noir semblait s'excuser. Tant mieux. Le tigré détestait lorsqu'il y avait de l'orage dans l'air alors, si tout le monde pouvait s'entendre, cela l'arrangeait. Que ses deux amis se comportent comme des chatons risquait rapidement de l'agacer, malgré l'affection qu'il ressentait pour eux.
— Nous sommes arrivés, marmonna le mâle du Tonnerre.
Il s'approcha de l'entrée du tunnel; une étrange fraîcheur en émanait, tranchant avec l’atmosphère lourde de la saison des feuilles vertes. Il était temps de s'enfoncer dans les profondeurs de la terre, de laisser l'obscurité l'envahir et de s'abandonner au Clan des Etoiles. La verrait-il ? Elle lui était apparut lors de la demi-lune précédente. C'était la première fois qu'il l'avait revu depuis sa mort et cela lui avait laissé une drôle de sensation. Il avait gardé le cœur lourd le reste de la journée. Voulait-il vraiment la voir ? Il ne savait pas vraiment.
Il se tourna vers ses compagnons, attendant que tous l'aient rejoint. Lucky se glissa près de Fantôme des Astres et lui adressa un léger coup de truffe amical sur l'épaule.
— Ça ne sera pas long. A tout à l'heure.

☽☽☽

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 18/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: another half-moon   Dim 9 Sep - 13:38

Culpabilité. Coupable.
Tristesse.
Crime. Crime d'impulsivité. Crime de jugement.
D’une douceur âcre, le vent de la lande soufflait entre ses poils. D’une exquise saveur, Montagne aux Lucioles venait peu à peu éteindre le feu qui venait se prendre à l’orée de la forêt. Il était l’être suave bercé de doux songes qui venaient mettre de la gaieté dans leur coeur. Ils y allaient, ils partaient. Les Hautes Pierres, la Grotte de la Vie. Et un paysage derrière, inconnu, à perte de vue. Personne ne se demandait vraiment ce qu’il pouvait y avoir au delà de ces terres ? Personne n’avait l’air de se préoccuper d’autre chose que ce qu’avaient à leur dire, ces étoiles ; y’avait pas moyen d’enlever ça de la tête de ces soigneurs. Paria du groupe, indésirable. Il avait rien à faire là ; il devait partir, fuir.
Fuir loin d’ici.
Aller au delà de ces pierres, savoir ce qu’il s’y trouve là-bas. Il voulait savoir. Quitte à laisser tomber une possible place de chef. Après tout, peu importe. Si son frère renonçait à son titre ou mourrait. Si sa soeur faisait de même. Si c’était à son tour de prendre la succession de son père. En serait-il capable ? Pas tellement, non. Il laisserait bien sa place aux gosses qui lui servaient de petits frères et petites soeurs. Ces petits princes. Ces petites princesses. Ils seraient bien meilleurs que lui sur le Promontoire ; meilleurs sur tous les points.

Oraison du Corbeau.
Ce qui lui faisait sortir de ses idioties, de ses pensées impensables, c’était bien lui. Des mots, quelques mots alignées pour former une phrase. Des mots qui sonnaient comme une excuse, comme quelque chose qu’il n’avait pas l’air d’avoir l’habitude de faire.
Unique. Cela se rendait-il ainsi ? Il n’y croyait pas vraiment. Pourtant ses yeux bleus avaient un reflet unique, quelque chose de différent de tous les yeux bleus qu’il avait pu voir dans sa vie. De tous les yeux bleus dans lesquels il avait pu lire une multitude de sentiments, parfois seulement un ou deux. Mais ses yeux bleus, ils étaient différents. Uniques. Il y avait quelque chose d'impénétrable, indéchiffrable. Ces yeux que l’on souhaite plus que tout y découvrir les sentiments qu’ils renferment.
Que dire après tout ces mots. Y’avait rien. Rien à dire. Que dire. C’était beau. Ca donnait des frissons ; ça prenait aux tripes, ça faisait bondir son coeur. Il le connaissait pas. Pas encore. Mais ces mots, ils voulaient dire quelque chose. Que dire. Fantôme des Astres n’a qu’à acquiescer, il n’a qu’à faire un mouvement de tête et tout serait fini. Mais il veut pas que ça se finisse, il veut pas quitter ses yeux bleus, il veut les déchiffrer.

Mais que répondre.
Que répondre si y’a rien à dire. Si y’a rien qui sort de sa gueule. Rien, pas un mot. Elle s’ouvre et s’apprête à dire quelque chose, mais rien ne sort. En fait, il est plutôt coupé dans son élan.
Ils sont arrivés. C’est pas de sa faute. Il dira ça un autre jour. Une autre fois. Il dira ça au retour. Sauf qu’avant que le mâle noir s’engouffre dans la gueule béante de cette grotte, il peut pas attendre, il le rattrape, captive un instant son attention. « — Et toi, je te trouve pas comme les autres. Je m’excuse aussi pour ma réaction. C’était pas contre toi, y’a quelque chose qui va pas chez moi en ce moment. » Et en dehors de ça, ses yeux disaient : « un jour tu sauras ce qui va pas chez moi. Je te dirai tout. Tu sauras tout. » Mais ses lèvres ne remuaient plus. Il devait partir. Mais il se promettait qu’un jour, s’il le recroisait au détour d’une frontière, il lui disait ce qui va pas chez lui.
Ces cauchemars éveillés.
Ces sautes d’humeur.
Son agressivité incompréhensible.
Il saura.


☽☽☽

 
fantôme des astres  
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: another half-moon   

Revenir en haut Aller en bas
 
another half-moon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes de CerfBlanc :: Les Contrées de CerfBlanc :: Les terres Libres :: Les Quatre Chênes-
Sauter vers: