— À ne pas manquer !
— Les liens utiles
— Clan du Mois
— Nom du Clan





— Météo
Cela fait un moment désormais que le soleil est levé très tôt le matin.L'astre flamboyant se couche très tard aussi. Les nuits sont courtes et les journées sont longues, mais personne ne se plaint du beau temps.Les cieux sont souvent dégagés, néanmoins, la chaleur est pesante, à force. Le vent, peu présent.Mais parfois pourtant, de gros orages éclatent.
— Statut des effectifs
Clan du Tonnerre
— Ouvert
Clan de la Rivière
— Fermé
Clan du Vent
— Prioritaire
Clan de l'Ombre
— Prioritaire
Solit. et Domes.
— À éviter

Légendes de CerfBlanc
« We all are living in a dream
But life ain’t what it seems
Oh everything’s a mess
And all these sorrows I have seen
They lead me to believe
That everything’s a mess »

— les rps libres

→ ajouter son rp ici.
★ titre du sujet | avec nom du chat.
— soirée chatbox

une soirée chatbox est prévue pour le septembre, d'autres informations arriveront bientôt !
— les priorités

fermeture du clan de la rivière ! le clan du vent & le clan de l'ombre manquent de membres, n'hésitez pas à rejoindre ces clans ! (& penser aux postes-vacants !)
— le prochain design

si jamais vous êtes intéressé pour participer à l'élaboration du prochain design de LCB, n'hésitez pas à mpotter Le Grand Cerf Blanc ou Fantôme des Astres !


Partagez | 

De la mort à la vie | ft.Élé

Nébuleuse de la Forêt

avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 21/07/2018
Age : 18

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: De la mort à la vie | ft.Élé   Mar 21 Aoû - 9:29

Nébuleuse de la Forêt sorti en quête de repos, son esprit bataillait cherchait a savoir qui, comment pourquoi ? La mort de Coeur de Primevert avait touché tout le monde, mais il n'y avait pas que ça. Elle voulait échapper a la haine quelle portait envers son père et son frère. C'était usant de haïr quelqu'un. Elle se dirigea près des rocher du soleil, pour trouver une forme de repos et pourquoi pas trouver une trace du meurtrier en cavale. Elle était consciente quelle prenait un risque en venant ici, les rochers étaient désormais ceux des riverains mais cela important peu, elle avait bien cette excuse de chercher des traces pour le meurtre mais elle savait qu'Étoile d'Ébène ne laisserai passer aucune excuse. Elle était la devant les rochers perdu dans ses pensées. Tant et si bien que rien ne lui parraissait anormal, elle ne vit rien venir, elle se détourna tranquillement prête a trouver un autre endroit. Mais tandis qu'elle tournait le dos a la rivière elle sentit que quelque chose n'allait pas, et alors elle su quelle n'était plus seule. Un oiseau s'envola d'un bosquet non loin, elle eu un sursaut.

" oh ce n'était qu'un oiseau."

Dit-elle pour elle même à haute voix, elle fit mine de reprendre son chemin en direction de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Éléments Déchaînés
L'Ange d'une Étoile

avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 05/08/2018

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: De la mort à la vie | ft.Élé   Lun 3 Sep - 5:15

Bring me back to life
» Il la vit. Au loin. Il vit cette forme se découper dans le paysage et il ne pouvait plus s’en détacher. Il ne pouvait plus rien faire d’autre que de l’observer. «
b a c k.
s t o p.
Revenons dans le temps un peu, reprenons depuis le début, avant ce moment précieux. Tu ne faisais rien. Enfin, tu avais été chassé, tu avais pu attraper seulement une proie vu que la saison froide arrivait douloureusement à grand pas, ce qui n’était pas forcément la meilleure des nouvelles quand on y pensait, ça vous donnerait du fil à retordre et la rivière allait forcément geler, se glacer. Alors oui, tu avais ramené une proie sur le tas de gibier avant de foutre de nouveau le camp de ce lieu plein de vie, parce que les voir vivre te donnait le sentiment que tout ne fonctionnait pas dans ton coeur, dans ton âme. Parce que tu es mort. Tu es une âme morte qui ne survit même pas. Tu fais seulement que te traîner partout et tu réussis à faire croire aux autres que tu existes. Mais comment peut-on exister en ne sachant même pas qui on se trouve à être, en évitant en permanence ses pensées pour ne pas obtenir des réponses qui pourraient ne pas plaire ? Tu ne vivais pas et c’était claire depuis un moment et c’était la raison principale pour laquelle tu étais presque toujours dehors, même la nuit, à dormir en dehors du camp, toujours ailleurs, pour ne pas avoir le sentiment de faire partie d’une famille, ne pas avoir le sentiment d’exister. Que l’on ne te force tout simplement pas à exister. Tu ne voulais pas ça, non, tu refusais clairement que ça se passe. Tu avais marché longuement, patrouillé, fais sûr qu’il n’y avait eu aucune infraction à rapporter au meneur, ce meneur dont tu étais la patte. Celui pour lequel tu te salissais. Oh oui, tu avais les pattes tâchées de sang. Pour lui. Pour elle.
Ne
pas
y
p e n s e r.
Parce qu’y penser, tu commencerais à y réfléchir, tu commencerais à tenter de comprendre ce qui te poussait à le faire, pourquoi tu obéissais ainsi, pourquoi tu ne prenais jamais le temps de te poser pour savoir si c’était légitime de tout faire ce que tu effectuais. Si tu prenais le temps d’y penser, tu commencerais à te poser de sérieuses questions. Et tu serais perdu. Encore plus perdu que tu ne l’étais déjà. Encore plus perdu que tu ne te trouvais à l’être présentement, tu ne savais pas qui tu étais. Tu ne savais pas la personne que tu étais, tu ne savais pas ce que tu aimais, ce que tu détestais, tu ne savais pas ce qui était bien ou mal, tu ne savais strictement rien de ta personne parce que tu n’avais jamais pris le temps de le savoir, vivant toujours au travers des autres. C’était bien plus évident. Et c’était là. Là que tu l’avais vu, sur les terres qui étaient maintenant vôtres et tu aurais dû la chasser. Ne pas lui donner le choix, lui ordonner de partir et peut-être même utiliser la force si elle refusait d’obéir.
Oui. Tu aurais dû.

i found love where it wasn’t supposed to be
right in front of me, talk some sense to me
i’ll use you as a makeshift gauge
of how much to give and how much to take



Mais tu ne l’avais pas fait. Parce que tout dans sa silhouette, tout dans sa façon d’agir, de marcher, de braver le danger ainsi, avait atteint ton âme sans que tu ne le comprennes. Elle t’avait rappelé celle que tu pourchassais et qui jouais avec toi, cette féline que tu voulais, à qui tu avais tout donné, celle pour qui tu avais tué. Elle t’avait rappelé celle-ci et tu t’étais alors approché pour l’observer, sans te faire remarquer, pour la dévisager, de haut en bas, de bas en haut, sous toutes les coutures, tu n’avais pu que te sentir transporter par l’énergie qu’elle dégageait et tu ne pouvais pas expliquer l’attraction que tu ressentais. Alors tu sortis de ta cachette. « Eh, tu devrais faire attention. C’est dangereux de braver le danger ainsi, je ne suis pas sûr que mon meneur apprécierait de savoir ta présence ici.» Voix froide. La tienne. Elle était toujours froide, avec des echos de vide parce que tu étais vide et que c’était la chose la plus évidente du monde. Et tu croisas son regard. Et tu sentis quelque chose que tu ne pouvais décrire.
Était-ce ça,
le coup de foudre ?
L’amour au
premier regard ?
Dont certains anciens,
racontaient les mésaventures ?

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
 
De la mort à la vie | ft.Élé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Légendes de CerfBlanc :: Les Contrées de CerfBlanc :: Clan de la Rivière :: Les Rochers du Soleil-
Sauter vers: